maternite, parents

BILAN 3ANS

Page blanche, je ne réalise pas que ma baby débute sa quatrième année de vie déjà. Le temps file et j’ai l’impression que tout va trop vite. L’autre jour je me suis replongée dans les premières photos. Une trentaine de centimètres, un caractère bien trempé, toutes les puéricultrices, aide soignantes et infirmières le disaient. « Votre fille sait se faire entendre! » pour autant qu’elle ne pleure pas elle savait faire sonner les machines!

3ans de…


sourires, de rires échangés, de ses premiers fous rire, de chansons inventées, de mains sur mes joues, des larmes essuyées, de câlins spontanés ou non 😉 , des histoires tellement lues que je peux les réciter comme des poésies, des comptines chantées, inventées, de bobos soignés, de bisous qui chatouilles, de co-dodo, de réponses aux  » c’est quoi Maman? », de peurs de mamans à chaque nouvelles étapes, et de fierté dans ses yeux à chaque acquisitions, de joies découvertes autant l’une que l’autre, de bêtises de plus en plus drôle, de réveils nocturne, de réveils câlins.
De photos enregistrées, sauvegardées, stockées à saturation ( on connaît tous ce soucis de  » espace saturé ^^), d’appels vidéos, (vive la technologie!), de vidéos « premières fois », de vacances improvisées, de voyages, cuisine à 4 mains et j’en passe…

C’est aussi de rendez-vous médecins, de docteurs au dénomination farfelues, de rencontres enrichissantes, d’apprentissage, de termes médicaux , de paperasse remplie, d’ examens, de courses à la montre, de recherche pour son bien-être, d’épanouissement, de courage pour certains, je dirais plutôt de force acquise. Depuis quelque temps elle refuse que je l’appel  » mon bébé », Elle m’ apprends à profiter du moment

Trois ans qu’ Elle me rassure sur mon rôle de mère.

Finalement en revenant sur ces trois dernières années je suis fière. Fière de nous, de ce qu’on a accompli, de ce quotidien particulier dans lequel kiné, ergo et autres rime avec crèche ou gym. Parce qu’il faut bien embellir aussi. Ce quotidien finalement on baigne dedans au même titre que beaucoup d’autres, et c’est donc normal. Je m’ennuierai presque de ne plus l’avoir, presque.
Je suis fière de la guerrière qui se construit sous mes yeux, de voir que j’arrive à lui transmettre mes valeurs. De voir comme elle est débrouillarde, comme elle fait taire les négatifs. Comme elle épate tout le monde, moi la première par son intelligence et sa réflexion. Je suis fière de voir que du haut de ses 3ans elle est fière d’Elle.

J’entendais souvent dire plus jeune  » je t’aime plus que tout, ou de tout mon coeur », j’ai toujours eu ma réflexion personnelle de me dire que c’est impossible. Quand je suis devenue mère je me suis sentie débordée. Débordée de cet amour qui m’inondait petit à petit, savoir si ça ne sera pas trop, de peu de l’étouffer, ou pas assez. Et je pense que chaque enfant sait orienté son parent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *